Balade dans les Deux-Sèvres

Publié le par Tsunéhiko KUWABARA

La semaine dernière, j'étais parti dans l'Ouest, plus précisément au village de Ménigoute.

C'est là qu'a lieu en automne le Festival du Film Ornithologique, et comme cette année est la 25e, ils ont voulu marquer le coup avec une belle expo collective, regroupant une cinquantaine d'artistes.
http://www.menigoute-festival.org/

J'y suis allé donc leur livrer mes sculptures, ainsi que les oeuvres d'Anne-Lise Koehler.
J'ai profité du voyage pour me balader autour de Ménigoute. C'est une campagne française typique, avec ses bocages, forêts et marais. J'avais pris un bon sac à dos, et je voulais rejoindre St-Maixent avec un crochet au nord, vers Reffannes : un petit voyage de trois jours à pied.

Cela faisait longtemps que je ne partais plus ainsi. J'avais pris l'habitude ces dernières années de prendre une chambre bon marché dans les gîtes ou hôtels, en utilisant au maximum le transport en commun…
Il faut dire que j'étais assez chargé, avec mes matériels d'observation, de dessin et de randonnée.

Or depuis l'an dernier, j'ai appris l'existance d'un courant, d'un mouvement dans la randonnée : la marche ultra-légère. Originaire des Etats-Unis, elle s'est répandue en Europe et au Japon. Il s'agit de prendre un équipement le plus léger possible, en éliminant le superflu.
On augmente ainsi la capacité du marcheur qui sera moins fatigué et saura progresser plus vite, plus longtemps, plus loin.

Je me suis mis à étudier cette démarche : j'ai changé une partie de mon équipement, et bricoler un peu pour alléger le sac à dos. Le poids sans eau ni nourriture se situait en dessous de six kilos, alors qu'auparavant mon sac pesait facilement au-dessus de quinze ...
J'avais une certaine habitude de passer juste une nuit (quand j'allais observer les blaireaux par exemple) en prenant un minimum de matériel, mais là c'était pour au moins trois jours en itinérant.

Je m'étais limité à emporter un carnet de dessin petit format, des jumelles 8x30… Un sac de couchage synthétique et compressible, un matelas en mousse découpé, mais pas de tente ni d'abris,car la météo prévoyait un temps ensoleillé.
Je n'étais pas en autonomie complète, vu que je me ravitaillais en eau et nourriture dans les villages, prévus sur mon parcours.

Donc, j'étais parti de Ménigoute sous un splendide soleil vers quatre heure d'après-midi.

(… la suite dans les prochains jours… Si vous désirez connaître davantage la pratique de la marche ultra-légère - MUL en abrégé - , je vous conseille d'aller visiter un superbe site : "Randonner léger" http://www.randonner-leger.org/wiki/doku.php?id=accueil )

Publié dans Voyage à pied

Commenter cet article